Balade d’hiver à Saoû entre Roc et Estang

Pendant notre dernière escapade en Drôme, nous avons réalisé cet hiver une magnifique rando au départ de Saoû. Nous étions en plein mois de janvier mais ce jour là, le soleil était bien présent comme souvent d’ailleurs dans ce joli coin. Nous tenions tout particulièrement à vous parler de cet itinéraire car nous l’avons trouvé très varié et accessible.

Comme son nom l’indique, nous sommes bien passés entre le Roc, un piton rocheux qui domine le village et le Pas de l’Estang enserré par d’immenses falaises. Pour ceux qui ne connaissent pas, la forêt de Saoû se situe au cœur d’un synclinal, c’est à dire d’imposantes masses rocheuses calcaires qui donnent un décor tout simplement grandiose.

Se rassurer avant de se lancer

A Saoû, lorsque vous arrivez au village, la première chose qui vous vient en tête, c’est whaou, quel paysage étonnant ! En revanche, quand on vous parle de faire une randonnée ici, vous vous dites heu… là tout de suite, ça risque d’être un peu compliqué, je crois que j’ai un peu mal à la cuisse droite ou une autre excuse du style 😉 Surtout qu’avec les enfants dont la plus grande qui n’est pas la plus téméraire, la randonnée peut parfois se transformer en calvaire. Certains savent de quoi l’on parle 😉

Je me rappelle très bien lorsque nous étions montés à Rochecolombe ( l’un des rochers emblématiques de Saoû) il y a 5 ans, la vue était splendide mais l’ascension ne s’improvisait pas, les dénivelés sont vite importants ici surtout que cette fois-ci, nous avions porté notre fille en porte bébé durant toute la balade. Non, là cette fois-ci, c’est une balade familiale par excellence. Sur un peu moins de 6 km, le dénivelé n’est pas supérieur à 175 m

Au départ du village de Saoû

La randonnée débute au départ du village, pas besoin de prendre la voiture, en plus ce jour là, le samedi c’est jour de marché. Même si en hiver, celui-ci demeure relativement réduit, l’ambiance est vraiment conviviale. Nous prenons quelques minutes pour admirer l’horloge de l’ancienne tour de l’abbaye qui domine fièrement la place centrale du village mais ne tardons pas, nous aurons le temps de flâner à notre retour.

Du Roc à l’Estang

Nous sortons du village en traversant le Pont qui domine la Vèbre. Le sentier contourne le Roc et offre une perspective sur le village perché. Nous cheminons aisément sur ce parcours encore fraichement recouvert d’une fine pellicule de givre. A quelques centaines de mètres de là, nous retrouvons devant nous la vallée du Roubion et ses zones de culture entrecoupées par les montagnes environnantes. Les enfants sont déterminés, ils ne rechignent pas et filent sans se plaindre. Nous qui étions quelque peu sceptiques, nous voilà vite rassurés.

Les enfants ne se sont pas du tout lassés et nous continuons de faire le tour du Palloir (l’immense montagne que nous contournons durant notre balade). Au bout d’une petite heure de marche, notre regard se porte au loin vers le Pradou et le Grand Delmas encore enneigés avant d’arriver jusqu’au Pas de Lestang.

Saoû entre le roch et l'Estang

Sur le chemin du retour sur Saoû

Les enfants marchent bien jusqu’au moment où Elia se fait un peu mal à la cheville, même si ce n’est pas très grave, ça lui coupe un peu son rythme et il va falloir trouver des sources de motivation pour revenir au village sans que ce soit trop galère pour tout le monde. Ça risquerait d’être compliqué si on doit la porter sur le dos durant les derniers kilomètres… Une petit partie de cache-cache et nous voilà repartis sur une portion plus ombragée. Ici, le givre persiste par endroit mais ça ne nous empêche pas de redescendre facilement en direction du Camping de la Graville où nous poursuivons notre itinéraire le long de la Vèbre. Nous passons devant une ancienne usine de billes reconvertie en gîte dénommée Chantebise avant de croiser le château d’Eurre qui se trouvent à quelques centaines de mètres avant de revenir au village.

Nous voilà de retour d’une balade qui nous a particulièrement plu pour la diversité de ses paysages, l’alternance entre les chemins rocailleux, les passages entre les falaises, à travers les bois de chênes, au milieu des pinèdes…

Pour retrouver tous les détails de cette rando, voici le topo complet réalisé par L’Office de Tourisme de Saoû. Sinon, pour retrouver nos 5 idées pour découvrir la Drôme au naturel pendant l’été et notamment notre sortie escalade à Saoû. Et la Drôme alors vous la préférez l’été ou l’hiver ?

Saoû

 

 

 

8 Replies to “Balade d’hiver à Saoû entre Roc et Estang”

  1. Superbe article sur un coin qui mérite d’être découvert : une belle rando qui en plus à su plaire à toute la famille, en effet, ce n’est jamais gagné d’avance ! Vos photos sont toujours très lumineuses et colorées (celle du marché est d’ailleurs superbe aussi !!) ! Le gros plan sur les feuilles givrées est magique, et je dirais que les teintes automnales me plaisent beaucoup !!! C’est marrant, sur instagram, j’avais l’impression qu’il y avait un lac devant la deuxième photo de l’article avec les jolies masses rocheuses ! Il faudra que nous partions à la découverte de la Drôme un de ces jours, entre vos articles et ceux d’Alexandra (Itinera Magica), je bave devant chaque photo !! Merci pour ce chouette partage

    1. Merci à toi ! Ca nous fait plaisir de savoir que tu as apprécié de partir avec nous sur cette rando au travers de notre récit et de nos images. Je suis certain que la Drôme te plairait. La Drôme, c’est toute mon enfance, ses petits village, ses grands espaces, son art de vivre décontracté.

  2. J’adore Saoû ! J’y suis déjà allée quelques fois rien que pour me balader dans la forêt, prendre des photos, profiter du marché etc etc.
    Un endroit ressourçant et relaxant où on en a plein les mirettes 🙂
    Très bel article avec de jolis clichés ! 😉
    Sarah

    1. Merci beaucoup Sarah ! C’est vrai qu’on en prend plein les mirettes comme tu dis à la forêt de Saoû avec ses immenses falaises pour decor et son village toujours animé les week-ends et pendant les week-ends

  3. A croire effectivement que nous avons fait cette balade ensemble ! Le spectacle est finalement encore plus impressionnant de ce côté ci du massif avec ses grandes falaises qui nous encerclent. J’ai également effectué la montée à la chapelle St Médard depuis l’intérieur du synclinal dans la forêt de Saou, j’en garde aussi un excellent souvenir et je recommande. Je sens que je vais trouver plein d’idées sur votre blog, la vallée de la Roanne m’intéresse particulièrement. A bientôt donc.

    1. Oui C’était dingue de lire ton article et retrouver des conditions météo quasiment similaires. Très content que notre blog te plaise. Si tu ne connais pas encore la vallée de la Roanne, on t’invite vraiment à y aller C’est une vallée exceptionnelle qui regorge de sites naturels d’exception.

  4. J’ai honte, je suis drômoise et je connais très mal Saoû et n’ai jamais fait cette rando. Votre article est magnifique et me donne envie de remédier illico presto à cette lacune !

  5. Il faut absolument que tu ailles découvrir Saoû en effet. Si tu n’as pas beaucoup de temps cette balade est un très bon compromis. Si tu as une journée entière pour découvrir Saoû il faut que tu te diriges sur les sommets, les 3 becs. Ça fait tellement longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de monter tout là-haut. La vue est exceptionnelle

Laisser un commentaire